Immo

Qui paie les travaux en cas de vente ?

Lors d’une vente immobilière, il arrive qu’une assemblée générale de copropriété (AG) ait lieu avant la vente finale. Si les travaux sont choisis par la copropriété pendant cette AG, qui du vendeur ou de l’acheteur doit payer pour cela ?

Si certains travaux choisis n’ont pas encore été payés par l’ancien propriétaire le jour de la vente, qui paie si les fonds sont retirés de la copropriété le jour de la vente ?

A lire en complément : Comment se paye les charges de Co-propriété ?

Heureusement, ces cas sont bien anticipés par les notaires lors de la vente de biens immobiliers et sont assez pragmatiques. Voyons ça.

A lire en complément : Comment faire une évaluation énergétique ?

Le travail a été coordonné à l’AG

Il serait très inconfortable et injuste pour le futur propriétaire de devoir payer pour des condos pour lesquels il ne pourrait même pas s’exprimer pendant l’AG.

Par conséquent, le principe le plus couramment mis en œuvre est le suivant. Si une AG doit être détenue pendant la période d’achat du bien, le propriétaire actuel en informe l’acheteur. Il lui envoie ensuite tous les éléments de la convocation. Le terme « période d’achat des marchandises » désigne la période entre la signature d’un compromis/promesse de vente et la signature du document de vente final.

Au cours de cette phase, 2 options seront présentées. Soit le vendeur visite l’AG et vote conformément aux instructions de l’acheteur, soit le vendeur donne à l’acheteur une procuration pour le représenter auprès de l’AG

. En conséquence, le futur propriétaire peut participer au vote, il supporte lui-même les coûts des travaux choisis.

Si le propriétaire a Ne respectant pas les instructions de l’acheteur ou s’il ne l’informe pas de cette AG, il supportera alors la charge du travail effectué dans son intégralité.

Exemple de clause de promesse de vente

Pour éviter toute ambiguïté, cela est généralement écrit en noir et blanc dans l’avant-contrat (compromis ou promesse de vente). Voici un extrait d’une promesse de vente. Ainsi, le « prometteur » est le vendeur et le « bénéficiaire » est l’acheteur.

En ce qui concerne les travaux qui peuvent être réalisés dans le cadre à partir de ce jour et jusqu’à la date de l’acte de vente, ils ne portés par le bénéficiaire uniquement si le bénéficiaire a pu participer la réunion s’est prononcée sur lesdits travaux. Par conséquent, en cas de réunion d’une assemblée générale, le copropriétaire après aujourd’hui et jusqu’à la date du document de vente Cela doit être très prometteur bénéficiaire par écrit (également par e-mail) et lui faire part de l’ordre du jour avant la date de cette réunion. Le bénéficiaire peut ensuite donner des instructions écrites au Promiser : doit assister à la réunion de l’Assemblée des copropriétaires dans ce cas, et vote selon les instructions du bénéficiaire. La célébrité va Toutefois, s’il le préfère, habiliter le bénéficiaire à le représenter à propos de cet assemblage. En cas de manquement du Promiser à ses obligations, la charge du travail choisi à partir de ce jour jusqu’à la date de l’acte de vente ne serait pas supportée par le bénéficiaire mais par le prometteur. Les appels d’espèces sont toujours dus

Parfois, il peut également y avoir des œuvres qui ont fait l’objet d’un vote bien avant la vente et dont la collecte de fonds n’est pas encore totalement coordonnée avec les propriétaires de la copropriété.

Que se passe-t-il lorsque le Les travaux après la vente de la propriété sont-ils appelés ? D’un point de vue juridique, à la fin de la signature de l’acte de vente final, le fiduciaire ne doit connaître que le bénéficiaire effectif du bien. Le syndic doit lui demander des honoraires et des fonds en rapport avec le lot en question. Il revient donc au nouveau propriétaire de supporter officiellement les frais de travaux éventuels, même s’ils ont été choisis bien avant l’acquisition du bien.

Par conséquent, le notaire prévoit généralement cette situation. Pour faire face à ce type de situation, il est courant qu’une clause spécifique prévoie ce cas dans l’avant-contrat. Dans la plupart des cas, une estimation est faite des montants qui sont encore dus par le propriétaire actuel. Le jour de la signature de l’acte de vente final, le montant est ensuite payé (ou déduit) au nouveau propriétaire afin qu’il puisse peut gérer tous les frais applicables.

L’estimation de ce montant est possible grâce au relevé daté du syndic.

Exemple de clause de promesse de vente

Voici un exemple de clause résultant d’une promesse de vente qui prévoit ce type de cas.

En ce qui concerne le travail du Promiseur, dont le paiement peut ne pas avoir été effectué en tout ou en partie le jour de l’acte d’achat, et dont le montant ou le solde serait alors annulé par le fiduciaire directement au bénéficiaire devenu l’acheteur, dont le montant est estimé par le fiduciaire est estimé par le Promiser jusqu’au jour de la vente du bénéficiaire ou versé à titre de compensation avec les montants qui lui sont dus par le bénéficiaire . Les parties déclarent désormais qu’elles traiteront directement de leur affaire personnelle au paiement des montants dus. Finalité des paiements effectués entre les parties conformément à ce qui précède :

Compte tenu des règlements effectués par les parties le jour de la vente en application des accords ci-dessus, le Promiser retire alors au profit du bénéficiaire l’avantage de tous les montants qui pourraient être attribués ou remboursés en tant que tels après la vente des biens, et par conséquent les Bénéficiaires un acheteur bénéficiera ou perdra tout trop-payé ou moins perçu pour l’exercice en cours. Par conséquent, le bénéficiaire devenu acheteur, en faveur du gage devenu vendeur, s’abstiendra de lui demander de rembourser les montants qu’il pourrait avoir à payer ultérieurement en termes de provisions, ou de dépenses qui sont ou non incluses dans le budget prévisionnel et l’exercice en cours couverture.

Comme indiqué dans la dernière partie de cette déclaration, le vendeur et l’acheteur s’engagent à renoncer à toute réclamation une fois la vente terminée. Par exemple, si le travail choisi n’était jamais terminé, le vendeur ne pouvait pas demander au vendeur de rembourser les montants déjà payés (que ce soit par le biais de demandes d’argent antérieures ou lors de la signature du document de vente final).

À l’inverse, s’il s’avère que les travaux sont plus importants que prévu initialement et qu’il y a des coûts supplémentaires, le nouveau propriétaire devra s’en occuper. Dans ce cas, il ne pourra pas contacter le vendeur.

Si cet article vous a plu, cliquez sur J’aime ! Cela m’aidera à faire passer le mot sur ce blog. Merci !

Pour approfondir

  • État de la propriété antérieur et daté
  • exemple concret sur le site DroitNot

Plus d’articles susceptibles de vous intéresser

  • Acheter un condo : que signifie vraiment « aucune procédure en cours » ?
  • Boîte postale en copropriété : partie privée ou partie commune ?
  • À qui appartient le grenier d’un condominium ?

Vous avez besoin de mes conseils ?

Guide « Achat immobilier réussi »

Alex , une passion pour l’immobilier. Je partage sur ce blog des informations qui me semblent pertinentes et qui sont le résultat de mes propres questions, recherches et découvertes. Tout en apprenant constamment dans ce domaine, mon objectif est de faciliter le processus d’achat d’un bien immobilier par le plus grand nombre de personnes possible.

contactez-moi

5/5 – (1 voix)